/// 17-03-2013 / -4- ///


.
retour sur la mort de Chavez et son traitement dans les media français.

– contrainte : l’article doit être lu en 3mn… et quelques… –

définitions : http://www.cnrtl.fr

///

.
« sacrée télé ! -4- »

E. le parano(e)
— qui se méfie des media comme de son ombre (Hum.) et c’est bien pourquoi il les écume  — hum… —
a vécu un drôle de moment.
Et ça a fait « Bing ! » dans sa pauvre tête de fou…

Pour tout dire, ça a démarré ainsi… (fondu… et je ne parle pas du E.)

///

Daniel Cohn-Bendit est invité sur un plateau… à l’aise, en bonne compagnie (il va bientôt discuter football…), sourire à la lèvre… quand arrive Eric Coquerel, pour lui donner la réplique… Le sujet : Chavez !

Ils ne sont pas d’accord.

Les media parlent d’un « dictateur », Cohn-Bendit est plus nuancé… Il présente un « leader très très autoritaire, qui surfait* sur son autoritarisme (…) qui ne comprenait pas la démocratie, qui ne comprenait pas la liberté ».

*surf : Sport nautique d’origine polynésienne qui consiste à se laisser ramener au rivage sur la crête d’une lame qui vient y déferler, debout sur une planche conçue à cet effet. par métonymie, la planche elle-même.

Cohn-Bendit étire les critiques, dont certaines sont certainement à retenir… Tout comme Sarkozy, Chavez a reçu Kadhafi, Bachar el-Assad… mais aussi Ahmadinejad.
Et Castro…

Toujours est-il que le E. écoute. Il a envie de comprendre, d’entendre, de comparer… de gratter, de creuser…

Coquerel prend la parole et argumente (à partir de 4’15) : il revient sur la pauvreté en net recul, les nationalisations, l’éducation, la santé, la démocratie… au Venezuela. Et cela devient intéressant, car personne sur le plateau ne l’interrompt pour infirmer ses dires. Jusqu’à ce que…

L’animateur s’en mêle. L’animateur sûr de lui, sourire méprisant à la lèvre. L’animateur, donc, ne pose pas de question, il prend le parti de Cohn-Bendit et assène : « Enfin… l’Union Européenne est quand même plus démocratique que le Venezuela… »

Coquerel : « Prouvez-le moi ! » (Belote)

Incroyable ! Il demande ce que tout téléspectateur (lecteur, auditeur, etc.) devrait exiger des media : des arguments, des preuves, des faits, des chiffres, des tableaux, des comparaisons, une vision globale et le détail…

Réponse du présentateur-animateur : en Europe, « les citoyens votent librement, sans être dans une atmosphère de guerre civile où il y a des gens en armes dans les rues… »

Coquerel : « Vous avez des informations là-dessus ? » (Rebelote !).
Et d’évoquer Sarkozy et Hollande qui ont entériné le Traité Européen contre lequel les français ont voté à plus de 54%…

Réponse : …

Bah, rien, pas de réponse… juste un rire méprisant. (On entend quasiment : « tout le monde le sait… », mais, là, j’extrapole…).

///

Coquerel est donc en train de reprendre la main et Cohn-Bendit, coincé, change de ton, tente un peu l’humour… modalise son discours… Du coup, à la question des élections, démocratiques ou non, au Venezuela, il répond « personne ne l’a nié »… Le mot « dictateur » s’éloigne encore un peu…

///

Thème suivant : les media (justement…).

Ce qu’il faut comprendre, c’est que Cohn-Bendit reproche à Chavez l’instrumentalisation des media.

Comme Berlusconi (pour lequel on n’a jamais utilisé le terme « dictateur » ou l’expression « pouvoir autoritaire » puisqu’il travaille pour l’idéologie dominante…), Chavez a utilisé les media. C’est pas bien ! Mais pourquoi Chavez a-t-il droit à ce traitement, alors…? Et pas Berlusconi, Sarkozy, Bouygues, Lagardère, Dassault ?
Il semble que décérébrer les cervelles contemporaines n’est pas considéré comme un mal… Alors, passons au foot et au « temps de cerveau disponible », svp ! (ça vient, ça vient…).

Coquerel insiste, revient sur le débat concernant la démocratie au Venezuela (puisque l’attaque générale, c’est Chavez = déni de démocratie, dictature…) tandis que l’animateur rappelle qu’on n’a pas le temps d’étudier le passé…

« On ne va pas refaire cette histoire-là »… dit-il.
En effet, à la téloche on préfère « refaire le match »… panem et circenses…

///

Dans la petite tête du E., c’est à ce moment là que ça a démarré… grâce à Coquerel et cette non-réponse du journaliste… grâce à la suite de l’émission…

Quand on demande à un journaliste (?) d’amener des preuves, il se gausse… Et tente de revenir aux fondamentaux appris à l’école… Une seule idée, une seule voix, une pensée unique ! Coûte que coûte, par tous les moyens ! Et quand rien ne va plus, on se tourne vers les divertissements (ça vient, ça vient…).

Mais, dans les faits… ce qui allait de soi il y a trente secondes, tout à coup, ne va plus de soi.

Je dirais même que tout s’écroule.

///

Alors, ça tourne au pugilat. Ils sont trois à essayer d’enfoncer Coquerel. Il répond à chacun. Il faudra arrêter artificiellement l’échange pour le faire taire car la partie est trop bien engagée… pour lui.

Le troisième (journaliste ?) est donc entré en scène. Il avait déjà esquissé un « il a raison » un peu faiblard… à 6’30, pour soutenir son chef journaliste.

Son argumentaire est repoussé par Coquerel, qui doit se débattre face à 3 contradicteurs.
Image, peut-être, de ce qui se passe partout actuellement : une voix unique, majoritaire, dominante, qui tient tous les leviers (politique, media, divertissements…), face à une voix différente, esseulée.

Le ton monte… et à 8′, l’animateur vient sauver Cohn-Bendit qui va péter une pile.

Il est question de la haine dans la bouche d’un Cohn-Bendit tout rouge… qui hurle sur le plateau, alors…

Vite, vite, l’animateur recentre le débat sur le « populisme » et redonne la main à un « Daniel le rouge » qui redescend dans les tours…

Poli, Coquerel se tait. L’animateur « made in Canal+ » prépare sa vengeance (petite pique assassine, basse, à laquelle Coquerel ne répondra pas).

Mais c’est trop tard. Le E. est décidé à entamer quelques recherches sur le sujet, puisque la téloche se refuse à informer…

L’animateur pose ensuite, sur la table, le divertissement, le contre-feu, le plein d’humour à 9’30, qui permet de ne plus parler du sujet : Chavez, et conséquemment, l’Europe, la politique, la démocratie, la pauvreté, l’austérité, les suicides, les manifestations monstres en Grèce, Espagne, au Portugal…

///

Mais les gars ne sont pas vigilants… et, à…

11’16, Coquerel reprend la parole… ça ne plaît pas (on avait réussi à le bâillonner…). Pas de souci, la vengeance est pour bientôt…

Cohn-Bendit dérape tout à fait, ne sait plus ce qu’il dit, ce qu’il a dit… L’animateur lui demande à 13′ de ne pas « être de mauvaise foi » et trouve de nouveau une transition… pour sauver « l’homme qui pétait souvent les plombs ».

///

Enfin, Coquerel souhaite commenter l’actualité de Sarkozy et c’est l’erreur !

L’animateur tient sa vengeance et réplique :

« Ah, mais vous êtes toujours en retard d’un train ! »…

Car le plus important c’est le foot…

///

Coquerel n’est pas en retard. Il se trouve sur un plateau sur lequel on ne veut entendre que ce qui va dans le sens de l’idéologie dominante, l’idéologie qui tient tout (politique, media, finance…) : la vraie démocratie… quoi !

But ! On a coupé le sifflet de Coquerel.

Cet échange se trouve là : Le Graaaannnd Journal… (Canal+)

Le E. l’a vu, revu et n’en revient toujours pas… Un cas d’école pour le parano(e) qui veut dénoncer la manipulation médiatique…

///

La question sera de savoir si Chavez est à la hauteur du portrait épouvantable qu’en font tous les media français et si non… — et c’est là que ça devient intéressant —

Sur quoi s’appuie ce portrait ?

Quelle sont les raisons qui poussent les media à faire ce portrait ?

Qu’est-ce qui est en jeu ?

Assistons-nous, en bon parano(e) que nous sommes, à une vraie grosse bonne manipulation ?

Dans quel but ?

Organisée par qui ?

J’ai regroupé des articles, des itw, des extraits d’émissions. Je poserai les liens ici et… nous verrons s’il est possible de se faire une idée plus juste du fameux Chavez et de l’attitude des media, en france, à son propos…

On peut aussi penser que Le Monde Diplomatique, Mélenchon, Coquerel, Chevènement, Victorin Lurel, Attac, sont tous des menteurs, de dangereux manipulateurs de la basse pensée… des pas sérieux, des pas raisonnables, des…

Du boulot pour les parano(e)s, quoi !

///

alors, qu’est-ce qu’on fait, on continue ? oui ? on continue ?
allez… on continue !

à suivre…

salut les parano(e)s !

E.

///

Publicités

A propos Hum Toks

Hum Toks, E.5131, Bah ça alors©, Salut les Parano(e)s !, etc.
Cet article, publié dans Les HumeurE.s, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.